Special things // Special Songs

Immigrant Song, le chant barbare

Robert Plant
Immigrant Song, extrait des BBC Sessions

Le 22 juin 1970, Led Zeppelin se produit pour la première fois en Islande, à Reykjavik. Le 28, six jours plus tard, Jimmy Page dégaine le riff barbare de “Immigrant Song” en ouverture du festival de Bath, lors d’un concert resté mythique mais assez inaudible.

La chanson, “show opener” de tous les concerts de la tournée 1970, évolue jusqu’à sa version studio qui ouvre, elle, le Led Zeppelin III, sorti le 5 novembre 1970. “Immigrant Song” sort le même jour en tant que single aux Etats-Unis (N°16 aux charts).

Si le troisième album et son convoi de ballades folk acoustiques déboussolent un bon nombre de fans à l’époque, “Immigrant Song” les ravit par sa violence. “Il y avait toutes les racines du monde dans ce troisième disque : le bluegrass aussi bien que l’Ecosse, l’Irlande… surtout l’Irlande” expliquera Jimmy Page. Mais “Immigrant Song”, c’est avant tout la Scandinavie et/ou l’Islande, la controverse n’étant pas close parmi les exégètes à ce jour. Un partout, balle au centre, puisqu’au final, dans ce rock sauvage, ce sont tout simplement les vikings qui débarquent.

Les paroles de Robert Plant sont assez claires sur ce point. Le “Hammer of the God” évoque Mjollnir, le marteau de Thor, dieu de la force et du tonnerre. Et quand le chanteur du Zep invoque “Valhalla, I am coming!”, il fait erreur puisqu’aux dernières nouvelles, il est toujours de ce monde, et bien portant. Le paradis des guerriers d’Odin l’attendra encore.

Et n’est-ce pas le cri des Berserkers, cette caste de vikings shootés à l’hydromel et aux champignons, que Plant hurle pour répondre aux assauts de la guitare de Jimmy Page ?

“Immigrant Song” aurait germé dans l’esprit de Plant lors du trip de juin 70 en Islande. Quant au riff-drakkar de Page (qu’il semble n’avoir piqué à personne), il n’en existe a priori aucune de trace avant ce voyage. Elle reste un des symptômes les plus flagrants de la migration de Led Zeppelin vers des thèmes plus originaux que les machisteries du début. Page ira faire un tour du côté de la magie noire, et Plant délaisse nos “western shores” en faveur d’influence celtiques, indiennes, maroccaines sur ses albums solos…

La chanson reste un sommet de beauté païenne. Durant trois minutes, le rock a largement plus de 50 ans…

———————————————————————-

  • Les paroles de la version studio:
Ah, ah,
We come from the land of the ice and snow,
from the midnight sun where the hot springs blow.
The hammer of the gods
Will drive our ships to new lands,
To fight the horde, singing and crying:
Valhalla, I am coming!
On we sweep with threshing oar,
Our only goal will be the western shore.
Ah, ah,
We come from the land of the ice and snow,
from the midnight sun where the hot springs blow.
How soft your fields so green,
Can whisper tales of gore,
Of how we calmed the tides of war.
We are your overlords.
On we sweep with threshing oar,
Our only goal will be the western shore.

So now you’d better stop and rebuild all your ruins,
For peace and trust can win the day
Despite of all your losing.
  • Parmi les nombreuses reprises d’Immigrant Song par, entre autres, Infectious Groove ou Nirvana, la plus hilarante est de loin celle de Queen durant le tournée 1986, dans laquelle Freddy Mercury fait bien comprendre qu’il hante ce qu’il veut, quand il veut, avec les paroles qu’il veut.

22 January, 2006 - Posted by | 70's, music, Rock

1 Comment »

  1. Merci! c’est toujours sympa de tomber sur du Led Zep au detour de périgrinations webique…

    Comment by véronique | 17 July, 2006 | Reply


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: