Special things // Special Songs

Touch Me – The Doors. Le cabaret rock

doorsmiami.jpg

Le problème des révolutions, c'est qu'elles engendre des gens pas foncièrement marrants. Un peu taciturne, les Robespierre, les Mao. Ils écoutaient quoi ces gens-là ? Des marches militaires ? Quelle bande-son idéale pour guillotiner quelqu'un ? J'aimerai vraiment connaître le contenu de la discothèque de Laguillet ou Besancenot.

A un moment donné, le rock a voulu changé le monde. Ca n'a pas vraiment marché. La génération suivante pensait à peu de choses près que face à l'impossibilité de créer un nouveau monde, elle pourrait toujours détruire celui-là, et puis on verra bien. Johnny Roten fait de la téléréalité. Iggy Pop chante pour SFR. Sans porter de jugement, on peut dire que ça n'a pas marché non plus.

Mais revenons-en à la première tentative. Un grand charnier au Vietnam, le batteur des Doors, John Densmore, racontera que des "kids" sont morts là-bas en écoutant "Break On Through". En 1968, les Doors sortent l'album "Waiting for the sun". Sur la chanson "The Unknown Soldier", Morisson déclare "the war is over", un peu comme Napoléon avait "déclaré la paix" à l'Europe.

Il y a les choses connues, et les choses inconnues. Entre les deux, il y les "Doors". C'est ainsi que Jim Morisson définissait le groupe.

Mais les Doors étaient aussi entre deux autres choses. Une ambition de révolution, une envie de changer le monde, assez courante chez leurs contemporains. Et l'ambition plus poétique, portée par Morisson, de révolution plus intérieure. Le révolution intérieur du Roi Lézard finira, comme lui, dans une baignoire parisienne.

Mais elle était foutue bien avant, de même que la révolution au sens large.

"Touch Me" sort en single en décembre 68, et se retrouve également sur l'album "The Soft Parade" qui suivra. C'est une chanson d'amour. D'amour charnel et charnu mais d'amour quand même. Pourtant, cette chanson, écrite par la guitariste Robby Krieger, est au départ une chanson de combat. Au départ, elle s'appelle "Hit Me". Frappe moi, une provocation de Krieger écrite après une dispute avec sa copine de l'époque. "C'mon C'mon C'mon C'mon, hit me baby. Can't you see, that i'm not afraid".

Morisson n'en veut pas. Il insiste pour changer les paroles et transformer "Hit Me" en "Touch Me". Comme il rayera plus tard un appel aux armes dans une autre chanson du groupe.

En mars 1969, donc entre la sortie de "Touch Me" et celle de l'album, The Doors sont en concert à Miami. Pété comme un coing et méchamment à la bourre, Morisson traite le public de "bande d'abrutis". Il aurait fini le concert à poil, après moultes divagations. L'une d'elle est intéressante. Voici ce que Morisson aurait dit:

"Ecoutez, maintenant. Je pensais que tout ça n'était qu'une vaste blague. Je pensais que c'était une chose dont il fallait rire. Mais ces dernières nuits, j'ai rencontré des gens qui faisaient des choses ! Ils essayaient de changer le monde ! Et moi, je veux être de la partie ! Je veux changer le monde. Yeeaaaah. Le changer."

Morisson signe-t-il finalement pour la grande croisière hippiesque ? Finalement non, il restera sur le quai, avec sa bouteille et ses poèmes.

"Ecoutez, je ne parle pas de révolution, je ne parle pas de manifestations. Je parle de se marrer. Je parle de danser. Je veux vous voir vous lever et danser. Je veux vous voir danser dans les rues cet été. Je veux que vous vous amusiez. Courir. Peindre la ville. Crier. Je veux que tout le monde s'amuse."

Il finit en beuglant: "Tout ce que vous voulez. Faites le ! Faites le !". Franchement, se faire chier à changer le monde, finir dictateur peut-être, aigri sûrement, pour que au cas où ça marche, ce soit les suivants qui en profite, quel intérêt, hein Jim ?

Avant ou après, les Doors jouent Touch Me. Chansons spéciales pour les raisons expliquées plus haut, mais aussi parce que musicalement, les Doors touchent le music-hall plutôt que le rock. Avec ces cordes, ces cuivres, le sax de Curtis Amy. Morisson n'est plus un chanteur de rock sur "Touch Me", mais un entertainer. Pour tout ça, certains ont accusé les Doors de se vendre au mainstream, de prendre leur carte au parti du succès facile.

J'y vois plutôt une déclaration de paix au rock dans ce qu'il a d'énervé et de, parfois, énervant. Le rock sérieux, le rock conscient, le rock à ambition sociale. Ce n'est QUE de la musique.

Touch Me – The Doors

La vidéo-bonus: j'aurais pu mettre les Doors jouant "Touch Me". Mais une fanfare scolaire américaine jouant "Touch Me", c'est vachement plus drôle à voir.

About these ads

14 May, 2006 - Posted by | 60's, music

6 Comments »

  1. Merci pour ce morceau que j’avais totalement oublié, et que j’ai donc redécouvert avec un immense plaisir !

    Comment by Jen | 29 May, 2006 | Reply

  2. honte à toi de l’avoir oublié, mécréant !!!

    Comment by romain | 18 July, 2006 | Reply

  3. Je suis confuse…!

    Comment by Jen | 23 July, 2006 | Reply

  4. Mercin rien que pour la vidéo… Mine de rien, ça rend pas mal du tout! Sinon Touch Me est un morceau que j’ai toujours apprécié, la seule illumination de The Soft Parade, avec Tell All The People. Mais récemment j’ai réécouté cet album et il n’est pas si mauvais que ça, il est cohérent (enfin mon Doors préféré reste Strange Days de loin).

    Comment by yedo | 31 July, 2006 | Reply

  5. si tun ne vis pas la musique c pas la peine c nul a chier

    Comment by Anonymous | 22 September, 2006 | Reply

  6. bande de con

    Comment by mmm | 11 January, 2008 | Reply


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

%d bloggers like this: